lundi 4 décembre 2017

Errances conceptuelles pour le gabarit de longeron

La conception d'un outillage de fabrication d'une pièce aussi importante qu'un longeron demande une bonne réflexion en amont afin de se faciliter le travail.
Et c'est là que les conseils et les remarques des amis sont utiles afin d'éviter de se fourvoyer dans des solutions trop complexes.
Je vous présence donc ci dessous l'évolution de mes idées sur le sujet où vous noterez la progression du complexe vers le simple. 
Je tiens à remercier Hervé, Jérémy et Patrick pour leurs "destronchages constructifs".

J'avais donc commencé par cette idée :
- un moule de longeron fabriqué à l'aide d'équerres en aggloméré taillées à la commande numérique. Les semelles sont surélevées à l'aide de petits tasseaux joignant les équerres afin de permettre à la colle de baver aussi bien dessus que dessous. Lorsque l'on colle des semelles entre elles, la pression de serrage des serres joint fait baver la colle de tous cotés. De plus les semelles ont tendances à glisser les unes sur les autres et il faut donc bien les maintenir.


Cette solution était séduisante mais elle ne permet pas de bien réaliser le collage entre les semelles et les âmes (feuilles de contreplaqués qui coffrent le longeron). En effet le contreplaqué risque de "bailler" entre deux tasseaux. De plus le serrage vertical des semelles pour garantir leur non glissement est difficile car ça oblige à percer le plateau.

Donc deuxième étude ci dessous : 
Le gabarit de longeron est maintenant réalisé par un caisson aux dimensions du longeron constitué de deux plaques d'agglo prenant en sandwiche des tubes carrés en acier pour la rigidité et la rectitude (voir billet précédent). Des flancs démontables en contreplaqué de 10 mm étant rapportés de part et d'autre.
Ce type de moule à l'avantage de faciliter l'accès à tous les moyens de serrage. Par contre Jeremy me faisait remarquer que le cintrage des planches de spruce contre les flancs lors de la réalisation des lamellés collés des semelles d'extrados et d'intrados risquer de déformer les flancs. 
De plus, le collage des contreplaqué d'âmes n'est pas aisé car il faut le tailler aux cotes précises du longeron pour que ce dernier se glisse au fond du moule ce qui est chose pratiquement impossible. D'une manière générale, il vaut mieux tailler tous les contreplaqués d'âmes ou de coffrage légèrement plus grands (5 mm) et araser avec une affleureuse (fraise à copier munie d'un petit roulement guide) les contreplaqués : résultat net et sans bavures :-) !


La nécessite d'avoir un équerrage rigide pour former les lamellés collés me conduit à étudier une solution avec des équerres soudées en acier. 

Troisième solution étudiée pendant ce we pluvieux.
On retrouve l'avantage du premier gabarit en permettant à la colle de s'évacuer par le bas. Le serrage est facilité en permettant l’installation facile de serre joints. Mais ce gabarit ne permet pas le collage des âmes de longeron.

Enfin, quatrième solution à la suite des remarques d'Hervé.
On s'inspire d'une solution du Racer club d'étampes.
C'est finalement la plus simple.




mercredi 29 novembre 2017

Quelques réflexions sur le gabarit de longeron

Je commence à réfléchir à la conception des outillages de fabrication du longeron.
Le gabarit sera fabriqué par un sandwich de panneaux d'aggloméré raidis par trois profilés acier de 40x40 mm. Des flancs seront rapportés de part et d'autre afin de conformer les semelles à la forme du longeron. 

 Dans un premier temps je compte assembler les lamellés collés des semelles d'extrados et d'intrados dans le moule. La semelle au niveau du saumon sera calée par de petits bouts de bois;
 Puis l'on colle la semelle d'intrados.
 On ajuste les cales, les diaphragmes.
 On démonte les flancs et l'on colle l'ensemble sur le contreplaqué d'âme avant.
 Puis enfin le contreplaqué d'âme arrière.
 Enfin on colle tous les renforts et cales


samedi 28 octobre 2017

Débit de Spruce pour les semelles de longeron



Avec mon ami Jeremy nous avons commencé à déligner puis refendre deux bastaing de spruce en planches.






 C'est beau le spruce !!!


mardi 24 octobre 2017

BOUCLE EFA 602

Je me suis lancé dans la restauration des boucles de harnais EFA 602 en ma possession. Démontage des boucles et préparation pour la ré-anodisation. 
Du coup j'ai découvert le mécanisme assez complexe de ces boucles.





Après décapage et polissage des pièces en aluminium, j'ai anodisé en bleu ces pièces. Je trouve que la couleur est un peu trop soutenue. Je penses recommencer cette anodisation afin d'avoir un bleu plus "électrique".


Les poulies de commande de gauchissement

J'ai utilisé des paliers lisses de marque IGUS pour le guidage des poulies guides câbles de gauchissement.





dimanche 8 octobre 2017

Finitions et ferrures de gouvernail


Premier travail, le nettoyage des bavures de colles sur le gouvernail ainsi qu'un léger ponçage de finition. Ci dessous : Gousset avant ponçage.
 Le même après ponçage.
Je suis assez satisfait de l'aspect du gouvernail après ponçage.
 J'ai également préparé l'ensemble des ferrures de gouvernail.
Avec en particulier le guignol de commande du gouvernail sur lequel j'ai riveté des écrous aviation prisonniers : "Mort aux écrous libres !"

 Enfin j'ai réalisé une petite trappe d’accès afin de permettre le montage ou le démontage du guignol.






vendredi 6 octobre 2017

Montage des guignols de profondeur

Montage des guignols sur le longeron de la profondeur . 

Les deux guignols viennent prendre "en chape" le longeron de profondeur. Une platine de jonction du guignol supérieur et inférieur est montée sur la partie arrière du longeron afin d'assurer la continuité de la transmission des efforts de commande. Cette platine est décalée de l'épaisseur de la tôle des guignols ce qui provoque une mise en tension de cette platine lors du serrage de l'écrou central ; l'assemblage est ainsi astucieusement précontraint.
J'ai installé des écrous aviation à sertir, plus légers et imperdables.






mercredi 4 octobre 2017

Débit des baguettes de nervures

Débit des baguettes de nervures en section de 6x12 mm. Il s'agit de pin d’Oregon au fil bien droit et serré. 
Photo Alexis PAGES